14 novembre 2005

Derrida facile

derrida2

Vous êtes comme beaucoup. Vous entendez trop de cuistres parler de « déconstruction », de « différance derridienne », « d’archi-écriture ». Vous en avez marre de faire l’entendu qui approuve du chef sans saisir toutes les nuances. Alors, vous achetez le livre qui trône sur tous les présentoirs de la FNAC : Derrida : la déconstruction, PUF, débats philosophiques. Format de poche. Un faux air de manuel pour les nuls qui va vous sauver de l’ignominie de ne rien comprendre à Derrida. Alors, voici « expliqué » par l’un des auteurs, le concept d’ « archi-écriture » :     

« Derrida développe l’idée de l’archi-écriture, c'est-à-dire en substance l’idée que tous les jeux d’expression, de signification, oraux ou non, langagiers ou non, sont fondés sur un certain usage du symbole répétable, renvoyant à une valeur idéale transcendant chacune de ses occurrences, ou encore reposent sur l’écart symbolique, en tant qu’il est toujours empirique et non empirique (car lui-même relevé au plan idéal-répétable). Tout ce que nous parvenons à ourdir comme message s’accomplit au sein d’un système de traces rapportées les unes aux autres, et dont la concrétude, absolument nécessaire, est niée au plan de l’effet signifiant : elle est « archi-écrite », elle renvoie à ces déterminations paradoxales et fondamentales que sont l’effacement de l’empiricité support ou la primauté de droit de lignes de répétition revendiquant un impossible même des occurrences ».

Je ne sais pas ce qui va vous contrarier plus : d’avoir dépensé le prix de deux entrées au cinoche ou de vous dire que ce mec qui explique est prof de fac. Il est sensé, le gars, être pédagogique, donner le goût de l’étude, initier à la lecture de textes difficiles. Enfin, il est surtout sensé savoir expliquer. A moins qu’ils nous faille des livres pour comprendre ceux qui prétendent nous expliquer Derrida. 

Posté par judd à 19:03 - Commentaires [1] - Permalien [#]


Commentaires sur Derrida facile

    Enchanté !

    Moi, c'est recalé 3 fois au CAPES... mais nous partageons les mêmes grincements de dents face à une philosophie satisfaite d'elle-même.

    Posté par Le Hibou, 16 novembre 2005 à 10:11 | | Répondre
Nouveau commentaire